3xRien (mettre en boîte) /ContreCarrer


Edition en exemplaire unique regroupant trois livrets – deux poèmes et un texte narratif – au sein d’une boîte, 2016
Publication in one edition assembling three booklets (two poem booklets and a narrative text) inside a box, 2016

3xRien (mettre en boîte)/ContreCarrer, bois, papier glacé, papier de soie, papier calque, encre, 11x15x4cm, 21p., 2016
3xRien (mettre en boîte)/ContreCarrer, overall view, wood, glazed paper, tissue paper, tracing paper, ink, 11x15x4cm, 21p., 2016.



Un texte narratif cohabite avec deux autres formes. Tous trois, à leur manière, tournent autour de la notion du rien, le rien faire, le rien comme prétexte à faire.

Réalisé en réponse à une incapacité momentanée à faire, à concrétiser, à matérialiser des projets, le texte tente de sonder la position sociale particulière de l’artiste, joue avec les clichés de l’artiste qui « ne fait rien » et décide de prendre cela à contre-pied, de « contrecarrer », le narrateur tentant de devenir littéralement un bon à rien avec cette proposition paradoxale qui consiste à « Rien faire », faire Rien, matérialiser le rien dans des formes.

C’est aussi, plus largement, l’injonction à faire, à produire, à réaliser des objets – des marchandises – qui est ici soulevée.

C’est enfin l’occasion d’aborder des questionnements liés aux rapports entre l’imaginaire et le réel, aux corrélations et interpénétrations – pas toujours évidentes – entre les aspirations et réalisations de chacun, aux manifestations extérieures, dans le réel, le matériel, des phantasmes, des projections, des vies de/dans l’imaginaire.


   
  



« Se définit-on par ce que l’on fait, ou par ce que l’on ne fait pas ? Se définit-on par la teneur de nos actions ou par celle dont notre imaginaire est fait ? Quelle place pour nos aspirations non encore – ou peut-être jamais réalisées ? L’intensité de nos projections peut-elle faire basculer le mouvement des définitions du soi ? »